Skip to content

Blogs de Développeurs: Aggrégateur de Blogs d'Informatique sur .NET, Java, PHP, Ruby, Agile, Gestion de Projet

Forum Logiciel

Forum Logiciel : diffusion de connaissance et d’informations sur toutes les activités liées au développement d’applications informatiques en entreprise.

Barre Verte !
Syndiquer le contenu
Notes de développeurs sur le logiciel, le design, l'agilité, l'open source, les mobiles, linux...
Mis à jour : il y a 6 heures 43 min

Le nomadisme numérique

dim, 09/17/2017 - 23:00

L’agriculture aurait rendu l’homme sédentaire. A l’avènement d’internet des voix ont prédit que des formes de nomadismes reviendraient.

La première conférence DNX, en 2014Ces dernières années des conférences sont nées sur ce thème comme 7in7 en 2016, Nomad Summit en 2015 ou DNX en 2014 dont la newsletter totalise 20000 abonnés et qui se tient à guichets fermés.

Ces conférences sur le nomadisme numérique adoptent des formes très classiques, avec des salles et des amphithéâtres. De la même manière que les premières conférences agiles suivaient ces formes classiques. Ensuite la forme de l’Open Space est apparue comme une manière plus “agile” de faire une conférence agile.

A la lumière de ce qui s’est passé pour l’agilité se pose donc la question : comment faire une conférence d’une manière plus nomade ?

La valeur des intermèdes

Lors d’une conférence, qu’elle soit open space ou plus classique je me déplace de salle en salle. Je trouve de la valeur à la fois dans ce que j’entends dans les salles et dans ce que j’entends en dehors des salles, dans les intermèdes, les errances, les pauses.

Le lieu que j’ai vu le plus propice à ces intermèdes ? Le chalet de la Porte Jaune où se déroule tous les ans la conférence Agile France. J’ai par exemple participé il y a deux ans de manière totalement impromptue à la discussion la plus intéressante que j’ai entendue à ce jour sur la dichotomie entre Lean Management et Agilité.

Puisque ces intermèdes-déplacements génèrent autant de valeur, la question se pose : si on leur donnait une dimension plus grande, une raison d’être à part entière, quelle forme cela prendrait-il ?

Des conférences nomades ?

J’ai participé cet été à deux conférences qui explorent ce concept.

Walking Dev

Walking Dev est une conférence open space d’une journée. Les salles de conférences ? Des cafés, un restaurant, une librairie, des jardins, un cloître. Une découverte de Toulouse jusque dans des lieux inconnus des Toulousains eux-mêmes. Et entre ces lieux, la marche à travers la ville.

Ce n’était pas une première : un participant du Sud-Ouest avait déjà utilisé ce format pour une formation à Paris pour laquelle il avait eu de très bon retours.

Nomad Open

Nomad Open se veut une conférence plus ambitieuse dans sa forme puisque les déplacements à pieds deviennent des voyages en train et chaque étape est une ville différente. Le sujet s’avère également plus radical puisqu’il s’agit du nomadisme lui même : la conférence est un espace de coworking en mouvement où les participants travaillent à leurs tâches quotidiennes comme s’ils étaient sédentaires. A la dichotomie de walking dev entre les sessions plénières statiques et les discussions informelles en marchant, nomad open substitue un triptyque :

  • coworking en mouvement
  • rencontres de communautĂ©s locales
  • confĂ©rence open space

J’ai été surpris de constater que pour certaines tâches je devenais plus productif dans un train que dans un bureau. D’autres participants ont partagé cette constatation. Ces formes éphémères de travail me paraissent donc intéressantes à explorer. Cet article ouvre une série d’articles qui relate mes apprentissages sur le sujet.

Catégories: Blog Individuel

L'Ă©coconception, qu'est-ce que c'est ?

mer, 09/13/2017 - 23:00

Il y a un an environ, j’ai débuté un projet d’entreprise avec deux amis associés. Ils voulaient intégrer une démarche éco-responsable dans la construction d’un service en ligne pour classer automatiquement leurs mails dans des dossiers dématérialisés. Comme je n’étais pas réfractaire au principe de l’écologie, et à dire vrai que je n’en avais presque pas entendu parler pour l’IT, j’ai essayé de me renseigner sur l’écoconception logicielle et de l’appliquer pour l’architecture du site.

Pour faire court, dans mes recherches sur ce domaine je n’ai pas trouvé grand-chose. Je me suis alors demandé :

L’écoconception est-elle un sujet pour le développement logiciel ?

Afin d’apporter des éléments de réponse à cette question, j’ai proposé un sujet à l’Agile Open France et présenté une session au Lean IT Summit. Je fais à travers cet article un petit pas de côté afin de partager et diffuser mon expérience en matière d’écoconception logicielle. N’hésitez pas à participer et à me faire part de votre propre expérience en la matière.

Eco-truc, greenIT wot ?

Les termes d’informatique dans les nuages, de serverless architecture, plateformes dématérialisées, serveurs viruels, évoquent pour nous, utilisateurs des services IT/web, une forme d’évanescence, d’immatérialité des infrastructures informatiques. Cela évoque en tout cas quelque chose sans lien avec l’écologie. Et a fortiori avec l’écologie appliquée au monde du numérique.

GreenIT, éco-reponsabilité des services informatiques, écoconception, “conception responsable des services numériques”, derrière ces expressions se cachent en réalité deux enjeux majeurs relativement ignorés pour l’instant des acteurs du numérique :

  1. prendre conscience que les services numériques ont un impact sur l’environnement. Par ailleurs, les enjeux environnementaux sont globaux, comme internet. Il y a une certaine congruence entre les deux ;
  2. adopter une approche de rationalisation de l’usage des infrastructures informatiques, en intégrant une réflexion dès la conception des logiciels et du matériel

La prise en compte de ces deux enjeux est complexe car elle n’est pas uniquement liée à l’exploitation des machines (par exemple la consommation électrique des centres d’hébergement), mais elle doit aussi englober tout le cycle de vie des produits :

Cycle de vie produit

En regardant l’ensemble du cycle pour les produits manufacturés impliqués dans la mise en oeuvre et l’utilisation d’un service en ligne, nous réalisons l’étendue de l’impacts des technologies de l’information : production, acheminement, utilisation, recyclage des mobiles, serveurs, routeurs, ordinateurs portables, ordinateurs fixes, tablettes, switches, répéteurs, antennes, câbles, fibre optique, climatiseurs, onduleurs, etc.

“OK, ça représente 2% des émissions de CO2, occupons-nous des 98%” entendra-t-on

Oui mais ces 2% ne représentent que l’exploitation des infrastructures du web et cette statistique est statique.

La production des produits électroniques nécessite l’utilisation de matières premières non renouvelables et pour certaines en voie d’épuisement. L’OCDE donne encore 30 ans d’exploitation pour le cuivre, plomb, nickel, argent, étain, zinc. Cette production dégage également des déchets environnementaux et des gaz à effet de serre.

De plus, le recyclage est une gageure car de plus en plus de matières sont employées pour la miniaturisation, et beaucoup sont toxiques : mercure, cadnium, chrome, diphényls polybromés, PVC, baryum, beryllium, phosphore, etc. Pour certaines de ces matières, ce ne sont pas des quantités négligeables qui sont en jeu : en 2000 les équipements électroniques et informatiques utilisaient 22% de la consommation annuelle de mercure [1]. Par ailleurs, ces matières se retrouvent souvent traitées dans des pays en voie de développement dans des conditions plus que précaires.

Enfin, nous émettons des gaz à effet de serre par le biais de ces produits tout au long de leur cycle de vie. L’empreinte carbone des infrastructures du web était de 0,91 Giga tonnes d’équivalent CO2 (1,9% de l’empreinte mondiale) en 2011. Le Boston Consulting Group prévoit qu’elle sera de 1,27 Giga tonnes en 2020 (2,3% du global) soit une augmentation de près de 40% en 9 ans. Dans le rapport ci-dessus, il est expliqué (p22) que ces projections ne prennent pas en compte les impacts incertains du recyclage. Je n’y ai pas trouvé non plus de références à l’explosion des objets connectés qui vont passer de 6 milliards en 2016 à 20 milliards en 2020 [2].

Alors que les constructeurs d’infrastructures (centre serveurs, réseaux mobiles, réseau mondial) ont déjà pris des mesures pour améliorer leur efficacité écologique (en général pour des raisons économiques), le monde du logiciel ne semble pas beaucoup concerné.

Pourtant à la lumière de ces cycles de vie, en tant que développeur je m’aperçois que mes décisions techniques ne sont pas neutres : quelles sont les conséquences pour les internautes si je choisis d’utiliser une présentation “flexbox” ? Quelle va être la différence de consommation du serveur si je fais du polling toutes les secondes sur une valeur ? Que se passe-t-il si le navigateur de l’internaute n’exécute pas le javascript ? Quelle est la différence en performance et en consommation si je fais un service multithreadé ou asynchrone ? Quelle va être la part de charge et consommation si mon service est gratuit, et que je fais du big data/intelligence artificielle pour vendre de la publicité de manière profitable ? Quelle différence si je fais du payant sans exploitation de données ? Quelle part du framework lambda j’utilise ? Puis-je m’en passer ?

Bref, si je souhaite participer à l’efficacité écologique, cela implique :

  • une rĂ©flexion sur mon service et son modèle Ă©conomique
  • une sobriĂ©tĂ© du nombre de fonctions implĂ©mentĂ©es
  • une simplicitĂ© de dĂ©veloppement du code informatique
  • des choix technologiques adaptĂ©s
  • la lutte contre l’obsolescence programmĂ©e des versions logicielles

et concerne bien plus que le périmètre des équipes de développement. Cependant, ces dernières peuvent apporter leurs éclairages techniques sur la manière dont les machines vont exécuter leur code.

Nous continuerons cet article avec un éclairage sur le dévelopement logiciel et le software craftmanship.

  1. la face cachée du numérique - Fabrice Flipo, Michelle Dobré et Marion Michot
  2. Gartner : http://www.gartner.com/newsroom/id/3165317
Catégories: Blog Individuel

Partagez la connaissance

Partagez BlogsdeDeveloppeurs.com sur les réseaux sociaux